La main du prince
Petits traités du secrétaire dans l’Italie baroque

Le terme de « secrétaire » ne semble plus aujourd’hui désigner qu’un emploi comme un autre. Contre cette évidence, La main du prince découvre toute la richesse de la problématique du secrétaire. Dans l’Italie baroque, deux secrétaires se résignent mal à être la main du prince. L’un, Costo, postule la nécessité d’une déférence mutuelle entre le prince et son secrétaire, tandis que l’autre, Benvenga, anéantit la fonction de secrétaire dans un rien qui a la prétention d’être tout.
préface de Salvatore S. Nigro : L’équivoque épistolaire traduction Mireille Blanc-Sanchez
Date de parution : octobre 1999
95 pages
15,00 €