Le crime était presque sexuel

Le droit, discipline aux charmes méconnus, s’avère ici un exercice extravagant et quasi fantastique, mais aussi une pratique de vérité et de critique politique. Extravagant et fantastique parce qu’il traite de figures insolites telles que le mariage des impuissants, la prohibition des rapports sexuels entre personnes handicapées mentales et valides, le fait de porter plainte pour ne pas avoir été avorté, ou encore de ces vivants que l'on déclare cérébralement morts pour mieux les tuer. Ces cas limites mettent Marcela Iacub sur la voie de ce que l'on pourrait appeler les raisons du droit. Ces histoires extraordinaires sur la sexualité, la vie, les genres et la famille, nous apprennent que le droit fait plus que de légiférer sur une réalité préétablie. L’exception arrache à la règle les dehors sous lesquels elle se rend acceptable. Les cas limites démasquent les idéologies qui font accepter le droit existant et empêchent de le transformer. Dans le contexte actuel de forte juridicisation des questions politiques, on a pu entendre que le droit devait, entre autres choses, empêcher que nous ne devenions fous, nous donner "des repères" – comme si nos États étaient devenus de grandes crèches pastoralement gardées. Cet ouvrage conteste ces discours liberticides, non pour prôner que le droit peut tout, qu’on serait en mesure de tout recommencer, comme si l’on vivait la fête d’une aube perpétuelle, il tente au contraire, à l’aide de l’outil juridique, d’ouvrir pleinement au vertige d’une liberté finie. Ou, pour reprendre le mot de Foucault, de "saisir les points où le changement est possible et souhaitable (…) pour déterminer la forme précise à donner à ce changement".
Date de parution : 2002
288 pages
ISBN : 2908855690
28,00 €