Nicolas de Staël
Portées d'un acte

Le 16 mars 1955, après avoir écrit à son ami Jacques Dubourg : " Je n'ai pas la force de parachever mes tableaux ", Nicolas de Staël monte sur la terrasse de son atelier et se précipite dans le vide. Un tel agir participe-t-il lui aussi de l'inachèvement ?
Jean-Louis Sous convoque ici le tableau Le Grand Concert, mais surtout la correspondance personnelle du peintre, moins pour interpréter un acte suicidaire que pour faire résonner ce qui a pu orchestrer sa réalisation.
Date de parution : août 2015
104 pages
ISBN : 978-2-35427-169-5