C'est à quel sujet ?

Entre 1959 et 1962, Jacques Lacan a profondément modifié le concept de « sujet », qu’il utilisait par ailleurs depuis le début des années trente, pour aboutir alors à une formule selon laquelle « le signifiant représente le sujet pour un autre signifiant ». La concision et l’obscurité de cette expression ont conduit nombre de ses élèves à la répéter indéfiniment, sans guère en mesurer les enjeux constitutifs.
Le présent ouvrage entreprend de resituer les moments clefs de cette subversion à travers laquelle Lacan a dépouillé le sujet menteur, qu’il mettait jusque là au centre de l’expérience analytique, de son identité, puis de sa réflexivité, lui déniant ainsi tout accès au savoir pour ne plus le lier alors qu’à la profération signifiante. Ce patient travail a été scandé par une série de décisions théoriques. En les revisitant une à une, la formule livre une partie de ses enjeux initiaux, et retrouve ainsi une intelligibilité qu’en tant que refrain elle ne parvenait pas à atteindre.
Son originalité ne prend néanmoins son relief que dans une mise en relation avec des tentatives similaires, dans des champs ou à des époques fort différentes. En étudiant la consistance de l’« intellect possible » de l’averroïsme latin du XIIIe siècle, ou la notion d’« énoncé » produite par Michel Foucault dans L’Archéologie du savoir, on se donne les moyens de situer plus exactement la pertinence de la trouvaille lacanienne, non seulement dans son rapport à l’inconscient freudien, mais tout autant dans la puissance de surgissement de ce sujet que Lacan avait voulu refonder face à la psychologisation déjà menaçante de la psychanalyse
Date de parution : juin 2009
175 pages
ISBN : 978-2-35427-009-4