L'invention de la sodomie dans la théologie médiévale

Pendant des siècles, rien ne laissait penser que les Sodomites se livraient exclusivement à la sodomie : ils étaient « arrogants », manquaient aux « devoirs de l’hospitalité », vivaient dans la luxuria et la terrible vengeance divine s’était abattue sur eux. Ce n’est qu’au xie siècle que se trouve monté en épingle le martyre de saint Pelage, jeune éphèbe captif décapité pour s’être refusé aux pressantes sollicitations d’Abd al-Rahmân III. La Chrétienté, dans sa lutte contre le maure, utilise l’événement pour donner forme narrative à un acte, un péché qui ne s’appelle pas encore « sodomie ». La première mention du terme apparaît en effet dans le Livre de Gomorrhe (sic), écrit aux alentours de 1050 par Pierre Damien. Cette invention lexicale désigne alors une kyrielle de péchés innommables qui tous, gaspillant la semence mâle, vont « contre nature ». Lecteur de Pierre Damien, Alain de Lille, Albert le Grand, Thomas d’Aquin, Mark Jordan retrace ici l’histoire de ce concept, et surtout celle des incohérences et inconsistances que la doctrine morale chrétienne a tramées autour de ce terme satanique : seul péché de chair à être aussi péché contre l’Esprit, il ne peut être rédimé. Se pourrait-il qu’un pli ait alors été pris dont ne se serait guère départie notre moderne sexualité ? Que sous couvert d’un sens tenu de nos jours pour techniquement précis continue de courir une somme millénaire de préjugés ?
Date de parution : mai 2007
222 pages