Entrelacs
Mon ami le séducteur — Les petits dépressifs

Née en 1920 dans un train entre Poitiers et Angoulême, Janine Loo, peintre et sculpteur, a repris son nom de jeune fille pour signer ces deux BD (réunies en un volume), en mémoire de son père mais aussi parce que la lettre O est sa préférée, lui évoquant un œuf, la forme parfaite. Son père, arrivé de Chine à Paris avant la Première Guerre mondiale, est rapidement devenu l’un des plus grands antiquaires d’art d’Extrême-Orient, créant une galerie à Paris, puis une autre à New York. En 1926, par nostalgie, il fit construire la fameuse Pagode rue de Courcelles à Paris. En 1947, il demande à sa fille d’en prendre la direction. Mon ami le séducteur et Les petits dépressifs ne sont pas le résultat d’un projet réfléchi. Au cours d’une pénible labyrinthite suivie d’une crise de mélancolie profonde, Janine Loo se mit à tracer (dans un état second, pense-t-elle) des dessins sur des bouts de papier épars sur son lit. À l’occasion d’un rangement, retrouvant ces dessins, elle les dispose, par jeu, à plat sur sa table. Puis, suivant un itinéraire « inconscient », les place les uns à la suite des autres. C’est alors que des mots isolés lui sont venus à l’esprit, dont elle va se servir pour faire des petites phrases, bientôt composées en deux histoires : ainsi naquirent les deux bandes dessinées Mon ami le séducteur et Les petits dépressifs. Dans les années cinquante, Jacques Lacan, curieux de l’art d’Extrême-Orient, rendit visite à Janine Loo à la Pagode. Avec leurs mêmes initiales, ils étaient faits pour s’entendre. De cette première rencontre est née une amitié durable. Longtemps après, au cours d’un déjeuner, elle lui demande son avis sur ses BD. Souhaitant d’abord les garder pour les lire à son aise, il les lui rendit quelques jours après, accompagnées d’un petit commentaire amusé.
Textes et dessins (quadrichromie) de Janine Loo. Avec deux lettres inédites de Jacques Lacan.
Date de parution : novembre 2002
110 pages
ISBN : 2-908855-73-9
15,00 €