Sidonie Csillag : homosexuelle chez Freud,
lesbienne dans le siècle

Ce que vous n'avez pas lu dans le compte-rendu de Freud : échantillon. L'année précédente, il s'était passé quelque chose de terriblement humiliant pour elle. Elle accompagnait sa mère à l'une de ses nombreuses cures, cette fois-ci au Semmering. [?] Le père était resté à Vienne, à cause de son travail. Lors de ces cures, la femme angoissée et misanthrope qu'est sa mère se transforme en véritable vamp. Elle flirte, fait la coquette au point que sa fille meurt de honte et de dégoût. Les messieurs lui tournent autour, tels des mites autour de la lumière. Ce que sa mère fait avec eux, elle ne tient pas à le savoir. En tout cas, elle soupe, dîne et se promène avec ses admirateurs, comme si elle n'était pas mariée. Et voilà qu'un jour elle dit à un monsieur qui trouvait Sidonie jolie et bien élevée, qui voulait faire un compliment à la mère sur cette fille si réussie, que ce n'était pas son enfant, mais celle d'une connaissance. Elle l'avait tout simplement reniée, pour avoir l'air plus jeune, pour dévier l'intérêt que cet homme portait à Sidonie. La douleur de Sidi en fut si grande qu'elle courut en pleurant dans sa chambre, passant les jours suivants seule dans la forêt, juste pour ne pas voir cette horrible femme manifester sa haine contre tout ce qui est féminin. Chaque femme lui est une concurrente et une adversaire, même sa propre fille. Circonstances Ce 9 juin 2001, on célèbre, à Vienne, le centenaire de la naissance de Jacques Lacan Thème choisi : le passage à l'acte (ce concept lui est dû). On m'invite à intervenir. Il se trouve que je suis en train d'étudier les différentes versions du passage à l'acte de ladite « jeune homosexuelle » que Lacan construit à plusieurs années d'intervalle. L'ultime, en 1963, lui sert d'appui pour une reformulation du sens du « retour à Freud », mot d'ordre lancé à Vienne en 1955. Un demi-siècle plus tard, en ce même lieu, l'occasion m'était ainsi donnée d'aller dire qu'il s'agissait, depuis 1963, dun « retour à... ce qui manque à Freud ». Prenant la parole après mon exposé, le professeur August Ruhs, qui présidait la séance, annonça, pour la toute première fois publiquement, qu'il avait rencontré la « jeune homosexuelle » de Freud, devenue, depuis, une très vieille dame. Il croyait aussi savoir que deux lesbiennes s'étaient longuement entretenues avec elle, peu avant sa mort, et avaient rapporté ses propos sous la forme d'un récit de sa vie, celle d'une lesbienne tout au long du XXe siècle. Leur livre était récemment paru. Ines Rieder et Diana Voigt ont proposé aux membres viennois de l'International Psychoanalytic Association de venir leur en parler : refus catégorique des deux Sociétés. Par cécité sur « ce qui manque à Freud » ? Alors que pratiquement tous les cas publiés par Freud, ont fait l'objet de recherches historiques ces vingt dernières années, la « jeune homosexuelle », a été tenue à l'écart des investigations. La voici donc qui, post mortem, prend la parole, dit sa version de sa rencontre avec Freud, mais aussi sa vie mouvementée (scandale de son amours viennois d'une prostituée nobiliaire, juive exposée au national socialisme avant de connaître un exil désargenté). Bien des questions, laissées sans réponse par le texte de Freud, se trouvent là résolues. Et Freud démenti, sur certains points (dont le récit lui-même du passage à l'acte). Les lectures de Lacan et d'autres exégètes en sont-elles affectées ? Qu'on en juge, sur pièces. Jean Allouch
Nombreuses illustrations
Date de parution : octobre 2003
388 pages
Illustrations
ISBN : 9 782908 855760
29,00 €